Centre de coûts et comptabilité par centres de coûts dans l’entreprise artisanale

Centre de coûts et comptabilité par centres de coûts dans l’entreprise artisanale : voici comment cela fonctionne

Comme il y a toujours eu des demandes de renseignements sur la classification du plan des centres de coûts dans la comptabilité interne, cela voudrais présenter le plan des centres de coûts de manière plus détaillée. Dans la première section, cela présenterai le plan de centre de coûts et ce qu’il faut prendre en compte, dans la deuxième section, j’entrerai dans la mise en œuvre concrète dans l’entreprise artisanale et je discuterai des avantages et des inconvénients de cet instrument.

Qu’est-ce qu’un plan de centre de coûts ?

Afin de déterminer les coûts réels d’un produit, plusieurs points doivent être inclus dans la comptabilité analytique. Outre les coûts des matériaux et des employés (salaires et traitements), relativement faciles à déterminer, d’autres coûts sont encourus en arrière-plan de la production du service : La consommation d’électricité, le nettoyage, le loyer des salles de production, les frais de stockage, le salaire du directeur général et bien plus encore. Ces frais généraux ne peuvent être affectés qu’indirectement au produit fabriqué, car ils ne peuvent être affectés individuellement au produit respectif. Les coûts directement attribuables, parce qu’ils peuvent être affectés individuellement, sont donc les coûts directs.

La comptabilité par éléments de coûts permet de connaître les coûts encourus par une entreprise. La comptabilité des centres de coûts, quant à elle, montre où les coûts individuels de l’activité opérationnelle sont encourus (principe de causalité). À cette fin, les coûts encourus sont affectés à des centres de coûts individuels. Ceux-ci sont divisés en centres de coûts principaux, centres de coûts auxiliaires et centres de coûts généraux.

La comptabilité des centres de coûts est le lien entre la comptabilité des natures comptables et le contrôle des supports de coûts. En affectant les frais généraux en fonction de leur cause, elle constitue une base importante pour la feuille de décompte opérationnelle (feuille de décompte opérationnelle) et donc pour le calcul des frais généraux.

Les centres de coûts sont formés en fonction des domaines de responsabilité, de l’affectation, de critères fonctionnels et spatiaux. Il s’agit par exemple des centres de coûts matières, des centres de coûts administratifs ou de production. Il convient toutefois de noter que la ventilation des centres de coûts ne doit pas aller trop loin afin de pouvoir garantir un mode de fonctionnement économique. Toutefois, la profondeur de la ventilation dépend de la taille de l’entreprise en question et du secteur d’activité. Les centres de coûts définis pour la société concernée sont enregistrés dans un plan dit de centres de coûts.

Existe-t-il des dispositions légales concernant le plan des centres de coûts ?

Contrairement à la comptabilité externe, la comptabilité des centres de coûts, qui fait partie de la comptabilité interne, n’est liée à aucune réglementation légale. Il n’existe aucune réglementation légale concernant le plan des centres de coûts quant à la manière dont il doit ou devrait être structuré. Dans sa fonction de parallèle interne à la comptabilité externe, la comptabilité des centres de coûts sert de base au processus de prise de décision de l’entreprise individuelle et de ses décideurs.

La comptabilité par centres de coûts est un instrument auxiliaire de représentation et de contrôle des services opérationnels. La planification des centres de coûts n’est soumise qu’aux aspects commerciaux respectifs et est une décision libre de l’entrepreneur. 

Comment un plan de centres de coûts est-il divisé ?

Les principaux centres de coûts sont alignés sur le processus de fabrication. Le matériel, la production, l’administration et les ventes en sont des exemples. Ces derniers peuvent à leur tour être divisés en départements individuels. Les centres de coûts généraux et auxiliaires diffèrent en ce que les coûts généraux ne peuvent pas être affectés aux centres de coûts principaux, mais peuvent transférer leur production à d’autres centres de coûts.

Par exemple, le parc automobile, si les employés d’autres centres de coûts peuvent également disposer des véhicules. Les centres de coûts auxiliaires sont des centres de coûts secondaires qui ne peuvent fournir leurs services qu’au centre de coûts de production principal. Contrairement aux centres de coûts principaux, les centres de coûts auxiliaires soutiennent le processus de production mais n’y contribuent pas directement.

La préparation du travail ou la gestion des plantes en est un exemple. La différenciation des centres de coûts est importante pour l’évaluation ultérieure dans la feuille de comptabilité analytique, puisque les centres de coûts généraux et auxiliaires sont répartis proportionnellement aux centres de coûts principaux selon des clés de répartition fixes.

Afin de distinguer et d’affecter correctement les coûts directs des centres de coûts et les frais généraux des centres de coûts, vous avez besoin d’une ventilation des centres de coûts en centres de coûts principaux, centres de coûts de services, centres de coûts généraux et centres de coûts auxiliaires. Les coûts directs des centres de coûts peuvent être affectés directement au processus d’activité.

Lorsqu’une chaise est fabriquée, une facture pour le bois et le vernis de la chaise servira de reçu. Certains coûts directs de centre de coûts ne peuvent pas être affectés à un objet de coûts directs, mais ils peuvent être affectés à un seul centre de coûts.

Le salaire du maître charpentier est affecté à l’atelier de menuiserie, mais relève toujours des frais généraux. Les frais généraux des centres de coûts qui ne peuvent pas être affectés directement sont répartis entre les différents centres de coûts par le biais de centres de coûts auxiliaires et de centres de coûts généraux, par exemple les frais d’électricité pour les machines de production et le hall. Il n’existe pas de document individuel pour cela ; les frais généraux des centres de coûts sont répartis à l’aide d’une clé de répartition.

Le plan des centres de coûts dans le secteur de l’artisanat

Le plan des centres de coûts doit être organisé de manière systématique, refléter le processus opérationnel de manière aussi réaliste que possible et inclure tous les centres de coûts opérationnels et les domaines fonctionnels.

Les centres de coûts suivants se retrouvent généralement comme centres de coûts principaux dans un plan de centres de coûts :

Ces principaux centres de coûts conviennent également aux métiers spécialisés. Un plan de centre de coût possible dans l’artisanat pourrait ressembler à ceci :

Idéalement, le chef de service ou le responsable d’un secteur opérationnel est également le gestionnaire du centre de coûts. Cependant, il est indispensable qu’il ait une vue d’ensemble des coûts encourus et le pouvoir d’approuver ou de rejeter les dépenses.

Le responsable du centre de coûts doit être capable de traiter de manière professionnelle et responsable les coûts encourus dans son domaine. Ainsi, il devrait être en mesure d’influer réellement sur les coûts si l’analyse montre qu’une action est nécessaire. Cela sert moins à attribuer des responsabilités qu’à promouvoir une planification prospective et efficace et une analyse des causes profondes.

Plan des centres de coûts et feuille de comptabilité opérationnelle

Comme il l’avait déjà mentionné, les frais généraux des centres de coûts sont répartis entre les différents centres de coûts au moyen d’une clé de répartition, la clé de répartition étant basée sur la source des coûts. Par exemple, les frais de loyer et de locaux sont répartis en fonction des mètres carrés, le parc automobile éventuellement en fonction de l’utilisation des véhicules, les frais de personnel en fonction du nombre d’employés dans les zones, l’impôt foncier en fonction des mètres carrés et l’impôt sur les véhicules en fonction du nombre de véhicules.

Comme pour le plan des centres de coûts, les aspects opérationnels jouent ici aussi un rôle majeur. Dans la plupart des cas, il sera difficile de répartir les coûts entièrement en fonction de leur cause ; la traçabilité est particulièrement importante.

Cette évaluation des frais généraux des centres de coûts et la liste des coûts directs des centres de coûts constituent la base de la feuille de décompte opérationnel.

La fiche comptable de site est affectée à la comptabilité des centres de coûts dans la comptabilité analytique et d’activité et revêt ici une grande importance. Il a les tâches suivantes :

La première étape consiste à déterminer la clé de répartition des frais généraux, généraux et auxiliaires. Comme il avait déjà mentionné, ce montant est déterminé sur la base de points de référence utilisables pour les frais généraux respectifs. La base en est le plan des centres de coûts, car les valeurs des centres de coûts individuels déterminées à partir du plan des centres de coûts sont transférées à la feuille de décompte opérationnelle. Il est important de noter la séquence des allocations : Tout d’abord, les frais généraux sont répartis entre les différents centres de coûts à l’aide de la clé de répartition. L’étape suivante est une autre évaluation, à savoir des coûts généraux aux centres de coûts auxiliaires. La dernière étape est l’affectation des centres de coûts auxiliaires aux centres de coûts principaux.

Dans la première partie de la mini-série sur le centre de coûts et le plan de centre de coûts, j’ai donné une introduction générale au sujet. Cette partie porte sur les avantages et les inconvénients de la comptabilité par centres de coûts ainsi que sur sa mise en œuvre dans le commerce.

Avantages et inconvénients de la comptabilité par centres de coûts

L’avantage évident de la comptabilité par centres de coûts est l’affectation des coûts en fonction de leur cause. Grâce à cette affectation par cause aux unités de coût, vous obtenez une vue d’ensemble exacte de l’origine des coûts individuels et pouvez ainsi déterminer le prix de revient des produits manufacturés.

Si vous utilisez ces informations pour créer la feuille de comptabilité des centres de coûts, vous serez en mesure de contrôler précisément le fonctionnement économique de l’entreprise. La comptabilité par centres de coûts fournit également des informations sur l’évolution des coûts dans le temps. Si, par exemple, la consommation d’électricité augmente continuellement, il est possible d’en rechercher la cause. Les unités de réfrigération de l’entrepôt frigorifique sont-elles vieilles et usées ou quelqu’un laisse-t-il la porte de l’entrepôt frigorifique ouverte en permanence ou bien a-t-on simplement stocké plus de marchandises et l’augmentation de la consommation d’électricité correspond-elle à la quantité accrue de marchandises stockées ?

De cette façon, la comptabilité théorique des centres de coûts devient un outil très pratique. La comptabilité par centres de coûts est également utile pour le calcul des coûts, par exemple, les taux de frais généraux pour le calcul des coûts peuvent être déterminés avec la feuille de comptabilité opérationnelle.

En créant de nombreux centres de coûts différents qui représentent l’opération de manière aussi réaliste que possible, un niveau élevé de transparence peut être atteint. La causalité des coûts est représentée très précisément de cette manière, mais l’intensité du travail nécessaire est très élevée. Si l’on ne prête pas attention au fait que le gain d’information reste dans un rapport sain avec la charge de travail, la comptabilité par centres de coûts devient rapidement peu rentable.

En revanche, l’effort requis pour la comptabilité des centres de coûts diminue si seuls quelques centres de coûts sont répertoriés dans le plan des centres de coûts. Cependant, la transparence et le contrôle nécessaires sur les unités génératrices de coûts ne sont alors plus assurés. Cependant, la comptabilité interne est avantageuse dans tous les cas, car elle représente une base importante pour les processus de décision opérationnels.

Un très gros inconvénient de la comptabilité par centres de coûts, de la comptabilité par absorption et de la comptabilité par activités dans leur ensemble sont les problèmes clés de budgétisation et d’affectation. Il y aura toujours des discussions sur les bonnes clés de répartition. Si elles sont « justes », si elles sont appropriées, etc.

La seule façon d’éviter ces discussions est d’utiliser la comptabilité de la marge sur coûts variables au lieu de la comptabilité d’absorption.

La comptabilité des centres de coûts dans le secteur de l’artisanat

Dans le commerce, la comptabilité par centres de coûts peut fournir des informations précises sur l’endroit où les coûts de fabrication d’un produit sont encourus et comprend donc aussi la possibilité de garder un œil sur la rentabilité d’une entreprise. La relation entre les coûts encourus et la production doit toujours être clairement reconnaissable au sein d’un centre de coûts.

La classification la plus appropriée est basée sur les domaines fonctionnels d’une entreprise, car elle est relativement simple.

Un exemple pourrait être un maître peintre qui a des commandes sur différents chantiers de construction. Si l’on s’oriente vers le cadre des centres de coûts susmentionné, la comptabilité par centres de coûts pourrait se présenter comme suit :

Si un employé travaille sur différents chantiers, les heures de travail sont réparties proportionnellement entre les différents centres de coûts. Si, par exemple, cet employé passe quatre heures par jour sur deux chantiers différents, quatre heures de salaire de chacun de ces employés sont attribuées au centre de coûts de chantier respectif. S’y ajoutent les coûts salariaux annexes, qui sont convertis en pourcentage des heures individuelles et affectés aux centres de coûts correspondants.

La même procédure est suivie pour tous les autres frais encourus. Pour les outils et la peinture des chantiers de construction, des centres de coûts pour le stock et la production sont nécessaires. Dans notre exemple, il s’agirait des centres de coûts matières, divisés en réception de matières premières et entrepôt et des centres de coûts de production, c’est-à-dire les chantiers.

Si le patron travaille lui-même sur un chantier de construction, il y a d’autres particularités à prendre en compte. Le salaire du patron doit également être réparti proportionnellement. Ici, ce n’est pas seulement le temps que le patron a passé sur les différents chantiers qui doit être pris en compte. Il a certainement aussi investi du temps dans la planification ou dans l’acquisition de clients. Ce temps doit être distribué proportionnellement aux centres de coûts. Dans notre cadre de centre de coût, ces derniers tomberaient sous le poste 6, administration. S’il existe un service comptable ou d’autres services administratifs dans l’entreprise, les coûts de ces derniers doivent également être gérés sous ce point.

La répartition des coûts entre les différents centres de coûts s’effectue de préférence à l’aide d’un logiciel de comptabilité. Ces programmes offrent la possibilité d’adapter le plan des centres de coûts aux besoins de chaque entreprise. Une fois ce plan créé et saisi dans le programme, les différentes transactions commerciales sont déjà réparties entre les centres de coûts lors de leur comptabilisation. Les montants individuels peuvent être répartis entre différents centres de coûts pour obtenir une évaluation exacte.

Un bon logiciel de comptabilité offre diverses fonctions à cette fin. Les programmes de comptabilité offrent à la fois la possibilité d’une répartition des coûts par compte et d’une répartition des coûts par tableau. Elle peut être plus claire que la répartition des coûts par compte et sert de base à la fiche comptable opérationnelle. La forme choisie par une entreprise dépend principalement de l’étendue du plan des centres de coûts et des exigences de l’entreprise en matière de comptabilité analytique.

Allocation de chantier

Lors de l’élaboration du plan de coûts pour les entreprises artisanales, il peut être nécessaire d’inclure l’allocation de chantier, également appelée simplement allocation de construction pour faire court. Celle-ci peut être accordée par la société d’artisanat sous certaines conditions. L’indemnité de chantier est une indemnité de sujétion qui vise à compenser des charges particulières sur le lieu de travail par une compensation financière. À cet égard, l’indemnité de danger, l’indemnité de saleté ou l’indemnité de chaleur ou de froid peuvent également jouer un rôle sur un chantier de construction. Ces types d’indemnités sont généralement régis par des conventions collectives ou individuelles. Ils font partie de la rémunération régulière selon les conventions correspondantes, mais surtout en cas de changement de chantier avec des conditions changeantes, ils doivent être calculés et planifiés à l’avance.

Ces allocations peuvent également être révoquées si la raison de l’aggravation cesse d’exister (par exemple, en raison du refroidissement après une vague de chaleur, du colmatage de fuites de gaz, de l’élimination de sources de bruit, etc.) Les allocations de construction sont soumises à la sécurité sociale et aux charges sociales. Mais tant que la raison de l’allocation est présente, elle fait partie du plan de coûts.

Comment éviter les erreurs typiques de la comptabilité des centres de coûts

Les erreurs dans la comptabilité des centres de coûts proviennent souvent du fait que la terminologie n’est pas définie avec précision. Souvent, on adopte des erreurs quotidiennes sans s’en rendre compte. Ainsi, les paiements et les coûts sont souvent confondus, ce qui conduit au fait qu’une comptabilité par centre de coûts ne peut fournir un résultat significatif. Les coûts doivent être proprement séparés des dépenses et des charges. Les encaissements et les décaissements seuls ne sont pas encore des types de coûts, une définition précise est donc nécessaire ici. 

Une mauvaise répartition des coûts peut également avoir des conséquences fatales et entraîner toute une série d’erreurs : les facteurs de coûts qui résultent de la feuille de comptabilité opérationnelle dont la comptabilité par centres de coûts constitue la base ne peuvent plus être corrects.

Cela rend également le calcul des produits incorrect. Si les coûts sont affectés aux mauvais centres de coûts, il est également difficile pour le responsable du centre de coûts de maintenir une vue d’ensemble. La responsabilité ne peut être prise que pour les coûts qui peuvent être influencés par cet employé. Dans certaines circonstances, un responsable de centre de coûts prend des mesures pour influencer les coûts déviants sans que cela soit vraiment nécessaire.

Ces erreurs peuvent être évitées en prenant soin de créer le plan des centres de coûts et de l’affecter aux centres de coûts.

Conclusion sur la comptabilité des centres de coûts

Avec la comptabilité par centres de coûts, une entreprise dispose d’un instrument qui fournit des données pour la planification et la prise de décision par l’entreprise et qui est connu des destinataires externes tels que les conseillers fiscaux, les responsables financiers ou les employés de banque.

Même s’il nécessite au départ une certaine réflexion préalable, comme pour la création d’un plan des centres de coûts et l’utilisation de la feuille comptable opérationnelle, un système comptable interne est judicieux pour toute entreprise. Grâce à la comptabilité par centres de coûts, même une petite entreprise artisanale peut se tenir à jour et suivre les coûts encourus sans trop d’efforts supplémentaires. D’autres variantes pour une tarification qui couvre les coûts et reflète le marché sont la comptabilité par activité et la comptabilité par objectifs. Grâce à nos articles, vous obtiendrez un aperçu rapide pour trouver la comptabilité analytique idéale pour votre entreprise !

Conseil bonus pour la comptabilité des centres de coûts

Afin que vous puissiez créer votre propre plan de centres de coûts spécifique à votre entreprise, nous avons préparé pour vous un modèle Excel avec lequel vous pourrez le modéliser pour la première fois.

 

Calcul de la monnaie dans l’entreprise
Rapport sur la valeur