Comment construire un prévisionnel financier ?

un prévisionnel financier

Document obligatoire dans le cadre de la création ou de la reprise d’une entreprise, le prévisionnel financier doit être bien rédigé et ne peut pas être fait par n’importe qui. En effet, établir un prévisionnel nécessite une très bonne connaissance non seulement en comptabilité, mais également en fiscalité. Pour en faire un de qualité, il est donc recommandé de recourir au service d’un expert-comptable. Cependant, si vous voulez le réaliser vous-même, voici quelques étapes à suivre.

Déterminer le chiffre d’affaires prévisionnel

Puisque le prévisionnel financier servira à mesurer la rentabilité du projet sur une période de 3 ans, mais aussi à déterminer le besoin en financement et les capacités de la future entreprise à rembourser un emprunt éventuel, il est important de suivre diverses étapes. Pour faire un prévisionnel dans le cadre de la création d’une entreprise, il faut en premier lieu définir le chiffre d’affaires prévisionnel. Celui-ci se détermine en principe par une étude de marché et une définition de la stratégie commerciale que l’entrepreneur doit faire au préalable. Ces données lui permettront de réaliser un prévisionnel sérieux et exploitable. D’ailleurs, il faut savoir que cette étude de marché doit être évaluée pour servir d’appui. Elle permet d’analyser le volume d’activité qui est générée par les concurrents directs.

Après cela, il est important de prévoir les dépenses. Ici, on doit effectuer un inventaire de l’ensemble de charges potentielles pour mener à bien le projet. Pour ce faire, l’entrepreneur doit déterminer les besoins indispensables pour parvenir aux chiffres d’affaires prévus, mais aussi les montants supposés pour obtenir ces besoins. C’est également dans cette étape qu’on peut définir la nécessité d’un personnel ou d’un local.

Constituer le tableau prévisionnel

Après avoir recensé toutes ces données, l’entrepreneur peut construire le tableau prévisionnel. Celui-ci doit contenir le bilan initial qui se fait au moment de la création de l’entreprise. Ce bilan est un document non-obligatoire dans un dossier financier. Il recense les financements disponibles, les besoins d’investissements, les stocks et la trésorerie. À part cela, l’entrepreneur doit réaliser un plan de trésorerie mensuelle qui est un élément de gestion permettant d’évaluer chaque mois la trésorerie et de mettre en place un prévisionnel comptable objectif.

Mis à part cela, ce tableau financier doit contenir le compte de résultat. Il s’agit d’un document qui présente les produits ainsi que les charges de l’année. À savoir que tous les montants qui seront mentionnés dans cette page doivent être exprimés en valeur hors taxe. En général, ce compte de résultat est réalisé à partir du plan de trésorerie mensuelle. Il présente trois types de produits, notamment les chiffres d’exploitation, les intérêts de placements financiers, mais aussi les produits exceptionnels, par exemple, les dommages et intérêts versés par un concurrent à cause d’une concurrence déloyale. Après cela, l’entrepreneur peut renseigner un bilan final. Aussi réalisé par un professionnel comptable, ce dernier est conçu pour vérifier la cohérence entre les autres documents : bilan initial, plan de trésorerie et compte de résultat.

Renseigner des documents annexes

Lors de la création d’un prévisionnel financier, les documents à fournir ne se limitent pas à la première année de création. Effectivement, en prenant en compte tous les éléments du projet, il est aussi nécessaire d’estimer la croissance des chiffres d’affaires pour les années à venir, particulièrement la seconde et la troisième année. Cela peut se faire grâce aux éléments en possession de l’entrepreneur. Il faut noter que dans cette estimation, certaines charges restent fixes, tandis que d’autres seront variables.

Pour compléter les données, le plan de financement doit être établi. Ce document met en confiance les investisseurs, car il assure la pertinence du projet. Ce plan se compose souvent des ressources financières, c’est-à-dire le capital, les comptes courants des associés, les emprunts ainsi que les capacités d’auto-financement. Toutefois, ce document doit également inclure les besoins financiers regroupant les investissements corporels, incorporels et financiers, les besoins en fond de roulement et le remboursement des capitaux d’emprunts.

En outre, pour faire un prévisionnel, l’entrepreneur doit aussi présenter des tableaux d’amortissements qui doit être référencé aux investissements présents. Par contre, en ce qui concerne les tableaux de remboursement des emprunts mensuels fournis par la banque, il n’est pas obligé de les fournir dans le prévisionnel financier.